Blog

Deux mille dix sept

2017 Apprendre à aimer, écouter, savourer. Regarder le ciel. Croire, espérer. Faire confiance avec méfiance. Guérir, oublier, pardonner. Pas toujours. Avoir de la chance, par malchance, pour survivre et oublier. Soigner sa mémoire. Etre fragile. Accepter. Pour être plus fort. Que la mort. Sourire, Rire, pleurer, essuyer ses larmes. Se rappeler des belles choses. Admirer les étoiles. Qui brillent. Courir, danser, courir, danser encore. Pour les femmes, avec la femme. Ne pas accepter la violence. Pour ma fille. Mes filles. Pour ses frères.Des mots, des gestes. Comprendre. Accepter ses choix.  Avoir le temps, prendre son temps. Prendre ta main, pour toujours. RESPECTUEUX EN 2017. Te comprendre en silence, en langage des signes, avec des mots, avec mes mains. S’envoler vers le ciel, au-dessus des nuages et admirer la terre, la mère, pour ton père. Te faire un signe, de la main, du bout des lèvres.  Lire, écrire, s’épanouir, jouir. Se mettre en colère, crier, hurler, pleurer encore contre l’injustice et la justice. Ma fille. Plaider, expliquer, se justifier. Folie, magie, surprise. Envoyer un sms, prendre des nouvelles, Dire je t’aime un moment, un instant pour toujours.  HEUREUX en 2017.427176_4969441927403_398182386_n

Ce soir, le 31/12/2016, chez Moi. 

Perraud’Dynamie

Il y a quelques mois, nous avions fermement décidé de commencer une conversion vers la Biodynamie.
Encadré par un organisme certificateur.
Pour avancer et apprendre. Car c’est bien les échanges qui font que les hommes (et les femmes) progressent et grandissent.

(Bon je me suis d’abord demandée pourquoi mettre les femmes entre parenthèse. Parce que j’employais le mot homme dans son sens général de l’être humain. et puis me voilà en train de me justifier! Les femmes me comprendront!)

commandements-beaute-feministe

Une affaire de femmes

contre-le-viol

Souvent, j’écris, et je ne publie pas.
Alors vous croyez que je n’écris pas.
Vous vous méprenez.

En ce moment, on entend beaucoup parler de sexisme, de culture du viol, de viol.
C’est enfin une bonne chose.
Peut-être est-ce moi qui suis plus sensible?
Sûrement.
Quoi qu’il en soit, je lis, j’écoute, je vis, je subis, je réagis.
Le monde va mal.
Sans faire du catastrophisme.

Si vous êtes une femme. Vous l’avez sûrement remarqué, peut être même vécue.
Alors si vous êtes une femme, soutenez au moins les autres femmes.
Si vous êtes une mère, soutenez votre propre fille.

Le viol et  l’agression sexuelle sont des crimes presque parfaits. Parce qu’on les assimile à du sexe. Que le sexe est tabou et qu’il fait parti de l’intimité.
Qu’on imagine que la femme aime être brutalisée. Qu’on imagine que la femme va éprouver du plaisir.
Alors la femme se tait. Culpabilise. Alors qu’elle a subit une agression des plus traumatisantes. Dans le sens du traumatisme profond.

2016 en devenir

J’ai un peu délaissé le blog.
Je m’en excuse auprès de celles et ceux qui attendent, sans relâche, tous les jours, heure après heure que je clique sur le bouton « publier ».

Plus le temps passe et moins on a de temps.
Pourtant le temps a toujours la même durée?
Je n’en suis plus si sure. Il raccourcit. C’est presque certain. Ce doit être la faute à Monsanto.

Et il y a les priorités qui changent. De l’importance qu’on accorde à ceci ou cela.
Mes priorités ne sont pas les vôtres, et vice versa. Et ça ne change rien. Quand c’est prioritaire, ça passe en priorité!

Je ne sais pas  si c’est parce que je vieillis que je suis débordée plus qu’avant.
Ou si je suis réellement plus occupée ?
J’opte pour la deuxième hypothèse même si je sens bien que la première me talonne de près.

On apprend la Biodynamie

Pendant longtemps j’ai pensé qu’il ne fallait pas forcément mettre à tout prix un logo sur une étiquette. Pour plein de raisons. Et de peur surement d’être accusée de faire du marketing. Je le suis tout de même! Parce que je communique beaucoup sur ce que l’on fait. Parce que j’aime ça. Parce que j’ai envie de vous dire ce que l’on fait. Parce que sinon, personne ne le fera!

Aujourd’hui, je pense que c’est nécessaire de spécifier sur nos étiquettes que l’on est en bio. Pour faire la promotion du bio.
En ne mettant pas le logo sur les bouteilles, on laisse croire aux gens que ça n’a pas d’importance pour nous. Que la manière de cultiver, qu’elle soit bio ou conventionnelle n’y changerait rien.
C’est faux. ça change évidemment tout.

On a décidé de passer en biodynamie. Pas sur un coup de tête.
(L’agriculture biodynamique , appelée communément biodynamie, est un système de production agricole inspiré par l’anthroposophie, courant spirituel dont les bases ont été posées par Rudolf Steiner dans une série de conférences données aux agriculteurs en 1924.)

13716186_10208639057647430_5407349724834268204_n
première dynamisation de tisane au Domaine

Sage comme une image

sage-femme2-1024x900

Les fins d’années scolaires sont des moments plus ou moins importants.
Pour Elodie, c’est la fin de l’année et aussi la fin de sa formation.
Au collège,alors qu’elle avait 13 ans, elle a du faire un petit dossier sur un métier, celui qu’elle envisagerait de faire peut être plus tard. Elle l’avait fait sur le métier de sage femme.

Aujourd’hui, elle a 24 ans, et avec l’obstination qu’on lui connait, elle sera Sage Femme… dans quelques jours. Vraiment. Pour de vrai.
J’avais, moi même, un peu de mal à réaliser jusqu’à ce que j’assiste à la soutenance de son mémoire.
C’était une soutenance publique.
J’étais encore plus stressée qu’elle.
J’avais peur de la perturber..
Je me suis assise au fond la salle. Pour me faire la plus discrète possible.
« Tu me regardes pas dans les yeux, hein! » c’était les consignes que j’avais et que j’avais intérêt à respecter!

Vigneron debout

13335832_10154231279753200_5762373417092846263_nAujourd’hui, il pleut encore.
J’ai plein de boulot au sec. Pourtant, j’irais bien dehors. Histoire de rêver que je puisse y aller sans me mouiller #jesuispasenSucre
Ce millésime me fout la trouille.
J’ai l’impression qu’on a trop énervé le ciel avec toutes nos conneries. Les éléments sont déchaînés, déréglés.

J’ai l’impression que c’est de notre faute. Qu’on a trop fait et qu’on continue de faire n’importe quoi. On ne veut pas y croire. C’est une manière très humaine de se déresponsabiliser. Mais je crois que c’est bel et bien nous les responsables. Toi, moi, eux, tout le monde.

Sur la réserve

13307495_10208228990956019_6109078060266355423_n

Je voudrais aujourd’hui vous ramener au vrai sens des choses.
Pas la bagatelle.
Mais le vrai, le beau, l’unique, ce qui a du sens, de la valeur.
Et capter votre attention. #jesensbienquetuméchappes

Alors que le pays est en grève.
Sauf nous. Enfin… pas encore.
Et que l’on en arrive à psychoter sur « est ce que je vais arriver à acheter de l’essence pour ma voiture? »
J’ m’en fiche si c’est cher. J’en veux, j’te dis. Il m’en faut.
Un peu comme la cuvée d’un grand vigneron dont on ne pourrait plus se passer.