Du sol au raisin

Le millésime 2019 est en cave. Une partie en est déjà sortie!
Et je vais vous en conter un peu l’histoire!

Ceux qui nous connaissent et qui sont venus au Domaine visiter les vignes, savent qu’un gros travail a été mis en place.

78657127_10218078380064591_978713744135684096_n
Fabien, notre agent parisien, s’imprègne de notre savoir faire!

Depuis 20 ans que nous avons commencé à travailler en bio, nous avons remis en question de nombreuses méthodes de culture.
Au commencement, parce que dans l’inconscient et le conscient collectif, des vignes propres et bien entretenues sont des vignes désherbées, nous avons tenté de supprimer l’herbe.
En labourant.  Parce qu’il fallait que ça puisse paraître propre aux yeux des autres vignerons.
Mais on le faisait mal.
Parce qu’on était mal équipé par manque de moyen, parce que les vignes n’étaient pas adaptées avec une densité de plantation beaucoup trop importantes, parce que nos côteaux faisaient renverser les tracteurs quels qu’ils soient et le vigneron qui était dessus par la même.

Et puis Bruno n’avait pas envie de labourer. Parce qu’il avait l’impression de mal travailler. De martyriser un sol qui l’avait déjà été beaucoup pendant des années par des produits chimiques.
Alors, de réflexion en réflexion, de discussions en discussions, de lectures en lectures, il a décidé de finir de restructurer notre domaine, en replantant à 2m d’écartement, ou en arrachant 1 rang sur 2.
Et d’arrêter de labourer: parce que « tu sais, chaque couche du sol est importante et travaille indépendamment. Qu’elles n’ont pas envie de se retrouver et que surtout, certaines ont peur de la lumière. Et qu’en ayant l’impression de faire du bon boulot, on ne fait que saccager ce qui se met en place naturellement. La terre n’avait pas besoin de l’Homme pour aller bien. C’est l’Homme qui l’a rendue malade. »

77359732_10218078340903612_384205938686427136_n

Alors il s’est lancé dans la permaculture.
Et il a semé une vingtaine d’espèces: des trèfles et de la luzerne pour fixer l’azote, du Sarrazin pour nettoyer le sol, de la phacellie pour aérer et étouffer les mauvaises herbes, des navets et des radis chinois pour éclater le sol en profondeur etc etc…
On ne va jamais couper ces herbes, juste les rouler pour les casser et ralentir la pousse et surtout éviter de faire en sorte qu’elles deviennent trop concurrentielle pour la vigne.

Un gros travail est effectué à la pioche sous le rang, puis de la paille est installée pour favoriser la vie microbienne.

77231402_10218078387504777_2500633880759894016_n 78118435_10218078373144418_5143592068492296192_n

La Biodynamie que nous avons tenté de comprendre depuis quelques années, nous a définitivement convaincu et après avoir peut être mieux compris la culture bio au bout de 20 ans, nous avons engagé une grosse réflexion biodymique.
Peut-être sommes nous plus lents que la moyenne, mais c’est le temps qu’il nous aura fallu pour comprendre nos sols, nos vignes, notre environnement.
Avec la Biodynamie, on accorde une importance vitale à nos sols et à la regénérescence de ceux ci. Et c’est la base du travail de paysan que nous avons bien souvent oublié pour ne s’inquiéter que du résultat, c’est à dire de la quantité de raisins obtenue.

Nos sols semblent avoir compris le message qu’on leur faisait passer!

Nos vignes heureuses de retrouver un équilibre, commencent à se sentir bien! et ont besoin de moins en moins de traitements.
Pour ce millésime 2019, Bruno a réduit les doses à 1,3 KG de cuivre métal par hectare.
Nous n’avons jamais fait la course au rendement, sachant qu’on n’y arriverait pas dans nos sables plutôt pauvres.
Nous recherchons à avoir des vignes saines, des sols vivants, une belle biodiversité et des raisins parfaitement sains.
Et 2019 nous a pleinement satisfait!

75636117_10218078361664131_6271603986848022528_n

Pour ce qui est des vins, c’est un autre travail. Parce qu’on peut avoir les plus beaux raisins du monde sans savoir qu’en faire!
Nous, on sait ce qu’on en veut.
Et c’est d’abord une vraie identité.
Il me semble qu’on y parvient.

78329514_10218078356263996_2793632735762055168_n

Je sais qu’ils ne conviennent pas à tout le monde mais le monde est bien trop grand pour les quantités que l’on a!
Ils sont plein d’énergie, de finesse et de sincérité. Parce que Bruno, il est comme ça!
Ils sont quelquefois un peu capricieux et renfermés.
Pourquoi voudrait on de nos vins ce dont nous sommes incapables nous même?!

Et aujourd’hui, je suis fière d’apposer nos logos Bio et Demeter sur nos bouteilles parce qu’ils sont la preuve d’un vrai engagement.

Il y a quelques années, j’ai un peu snobé ces logos en refusant de les apposer, parce que je me croyais plus intelligente, parce que je voulais faire croire que ça n’avait pas d’importance.
Bien sûr que c’est important. Et encore plus aujourd’hui où chacun veut nous faire croire ce qu’il ne fait pas!

78662327_10218078350863861_2768905092915527680_n
Lily dresse une coccinelle

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>