Enfin…

On est à quelques jours de la sortie du fameux Beaujolais Nouveau…
Et on est déjà très curieux de savoir comment il sera.
Quelques privilégiés l’ont déjà goûté.
Chut… il ne faut pas le dire!

Qu’est ce qui suscite cette envie d’y goûter ?
Car même ceux qui le décrient le goûteront !
Pour le décrier encore, parce que, faut pas déconner, on passerait pour un abruti de dire que c’est bon et que ça nous a fait du bien!

D’autres diront que c’est vachement bon! Parce que quand c’est bon, c’est bon et qu’on n’a pas honte de le dire! Y a pas de mal à se faire du bien!

Peut être que le Beaujolais nouveau a un tel succès parce qu’il est éphémère. Comme quelqu’un qu’on ne voit pas souvent, qu’on est impatient de voir, de revoir, d’entrevoir… Sur qui on se jetterait pour être sur de pouvoir tenir le coup jusqu’à la prochaine fois. Dont on voudrait se rappeler l’odeur et le goût  et peut être à jamais… si on ne le voyait plus…

C’est donc pour cela que certain l’adore… parce qu’il l’attendait depuis presque un an… Qu’ils l’ont tant attendu et idéalisé.
Et que d’autre le haïssent parce qu’ils détestent attendre et qu’ils ont fini par ne plus en vouloir! Et ont trouver une compensation… ailleurs.

De l’amour à la haine, il n’y a qu’un pas!

Moi… j’ai choisit… le beaujolais nouveau!
pas de compensation.
J’attendrai longtemps s’il le faut… mais c’est juste lui que je veux .

Un an d’attente pour goûter enfin, ce jeudi 21, le nouveau millésime du beaujolais nouveau… dans tous ces états!

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>