fifty shades

Ces dernières semaines, on parle beaucoup de la femme. Du harcèlement qui leur ait fait dans les transports, entre autres. Ce n’est pas anodin. T’as beau être forte et musclée, quand tu prends le métro toute seule, t’as la trouille… et pas que des pickpockets.

Je déteste la façon dont, quelquefois, on parle des femmes, ou la façon dont on parle aux femmes. Sans se soucier de leur intimité bien souvent. Je ne suis pas féministe ou peut-être le suis-je? (je ne me suis jamais posée la question). J’aime la femme pour ce qu’elle est et ce qu’elle représente. Pour ses combats et son énergie. Je n’aime pas les regards que l’on pose sur des seins un peu gros. Sur des jambes trop longues. Il y a des regards discrets admiratifs  mais il y  a aussi quelquefois des regards, des gestes et des mots pervers qui t’accusent toi même, la femme, de perversité. On te fait comprendre que t’es baisable et tu devrais leur en être reconnaissante?

On est en train de faire prendre conscience aux gens que le harcèlement existe. D’abord dans les transports. Les harceleurs ne se regroupent pas uniquement dans le métro ou le bus… Mais c’est un début de prise de conscience… Une femme se sent agressée lorsqu’on la suit du regard avant, pendant, après. Lorsqu’on la siffle. Lorsqu’on lui dit qu’elle est bonne.Et pas seulement lorsqu’on lui met une main aux fesses… Lorsqu’on lui fait comprendre qu’elle a suscité ces réactions. Qu’elle l’a fait exprès quoi. (Lorsqu’une femme se fait violée, on entend souvent que c’était sa faute, qu’elle n’avait qu’à pas mettre des jupes si courtes, qu’elle l’a bien cherché…?)
Alors elle ne dit rien. Mais la culpabilité c’est pire. Et puis si les autres savaient ce qu’on dit sur elle. On lui a appris à se taire parce que ce n’est pas si grave et que ça se passera mieux en silence. Jusqu’à la prochaine fois.

Une femme est flattée quand on lui dit qu’elle est jolie. C’est plutôt très agréable.
Elle l’est beaucoup moins quand on lui dit « on doit bien s’amuser avec toi » (elle se pose des questions sur son attitude, sur ce qui a pu provoquer cela). Turlututu chapeau pointu (amusons-nous)

Maintenant, c’est les hommes qui parlent du harcèlement. Alors les autres hommes (pas tous) comprennent mieux. Ils doivent parler le même langage. Que c’est pas bien. Qu’il ne faut pas faire et ne pas laisser faire.

Alors les femmes pourront dire merci aux hommes de se rendre compte que le harcèlement c’est harceler et qu’elles ne le vivent pas trop bien.

Certaines personnes (pas toi, hein) ont un sacré problème avec le sexe. Il vient de là le harcèlement, à mon avis. Les rapports sexuels sont des actes intimes. Qu’on ne devrait pas retranscrire avec des mots ou des images. Le sexe c’est ton intimité. Si tu le rends public, ça devient pornographique et pour cela il faut que les personnes concernées soient d’accord. Et ce n’est pas très souvent le cas… (même dans les films porno)
Si je ne suis pas d’accord pour que tu en parles, alors n’en parle pas, ok?
Si on est d’accord tous les 2 pour la sextape, alors enjaillons nous (s’enjailler est un verbe du premier groupe qui s’utilise oklm au tier-quar entre srab #situcomprendspascestpastrèsgrave).
La plupart des films pornographiques donne une triste image du sexe. C’est la façon dont on en parle, dont on y pense qui le rende sale et pervers. Parce qu’il n’y a rien de pervers et de sale dans le sexe entre des personnes consentantes. Il y a juste des gens ou des attitudes pervers. L’acte sexuel n’est pas un acte bestial. Les bêtes ne font pas l’amour. Elles se reproduisent juste. Si tu ne me crois pas, viens observer mon coq et ses 3 poules pendant une journée (Moi, j’ai compris ce que n’était pas  l’amour en regardant vivre mon coq)

Une femme qui a envie de faire l’amour, c’est une salope. Un homme, s’il a envie, c’est un besoin physiologique (et pourquoi pas le contraire?)

J’ai confiance en l’être humain. Je ne suis pas en colère ou aigrie contre ce genre de comportement. J’aime à penser que nous faisons, hommes et femmes, les choses juste par envie, par plaisir et surtout par passion. Que ce genre de comportement reste minoritaire (rassurez moi?).
Je trouve un peu dommage qu’il faille toujours mettre les points sur les i pour se rendre compte qu’il n’y avait pas de point .

einstein

ça ne parlait pas de vin… J’avais juste envie de réagir sur différents articles que j’ai pu lire ces derniers jours concernant les actrices victimes  de la pornographie et sur cette loi contre le harcèlement et qui m’ont fait transpirer, alors qu’il fait vachement moins chaud.

On attend toujours la pluie. Ce ne sont pas les quelques millimètres tombés hier qui vont faire gonfler la grume (c’est comme ça que l’on dit par chez nous! et ne voyez pas là un quelconque harcèlement envers cette grume que je chérie plus que tout)

Les Saint Véran et Pouilly Fuissé 2014 sont en bouteilles depuis peu. Ils étaient attendus comme le messie. On a transpiré aussi pas mal. Les fermentations malolactiques étant terminées depuis longtemps, on traînait sur les sucres et on surveillait cette satané volatile avec beaucoup d’attention.

Tout est bien qui finit bien.

 

3 Commentaires

  1. Fichtre … « s’enjailler », je me coucherais moins idiot ce soir ! :)
    Pour le reste, un billet plein de bon sens comme d’habitude.
    Et, en aparté, je confirme que le St-Véran 2014 et le Pouilly-Fuissé 2014 méritaient bien un peu de transpiration … tout juste sublimes (même si ils sont encore bien jeunes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>