Non, c’est Non

Le monde du vin nature se trouve confronté à une sale affaire. Les langues se délient. Et on voit les gens sous leur vrais visages. Pas très chouette quelquefois, d’ailleurs… Mais des visages qui ne gênent pas plus que ça bien souvent.

Tout cela fait la joie des anti-nature. C’est de bonne guerre. Mais ce ne sera pas le propos de mon billet.

Agressions sexuelles, harcèlements sexuels et moraux dans une « célèbre » cave à Paris (que je ne connais pas et dont je n’ai vraiment entendu parlé que lorsque Emma, une des victimes, s’est confiée à moi, il y a quelques mois). Plusieurs victimes. Des plaintes déposées depuis des années. 2011.

Je me pose la question depuis quelques jours sur la starification qui sévit dans ce petit milieu.
Parce qu’on sait que les viols ou agressions sexuelles n’ont rien à voir avec des histoires de sexe, de flirts, ou d’amour (comme on veut nous le faire croire), qu’il s’agit uniquement d’une domination d’un homme sur une femme , d’un désir d’humilier, d’une jouissance de prendre sans s’assurer d’un consentement. Il n’y a qu’à entendre leur défense quand ils sont accusés. Il n’y a que du mépris. On ne méprise pas une  femme qu’on a aimé ou avec qui on a flirté. Je veux m’en persuader.
Doit-on se comporter comme des animaux?

chien-flairant-vulve

Est ce normal qu’un homme se sente au dessus des lois et des règles de vie juste parce qu’il a du pouvoir et une certaine notoriété?
Certains vignerons ou autres personnalités du monde du vin nature ont protégé et minimisé ces agissements juste parce qu’ils se croient, eux aussi, au dessus des lois parce qu’ils sont connus et reconnus.
Est ce que , parce que je suis un vigneron ou un caviste reconnu pour les vins que je produis ou  que je vends, ça me donne le droit d’exercer une domination sur autrui, d’humilier et de mépriser? Est ce que ça veut dire de moi, aux yeux du monde, que je suis quelqu’un de bien et de respectable? Et qu’on doit satisfaire tous mes caprices et excuser mes dérives?
Je ne crois pas…
Alors il va falloir revenir sur terre. On est juste des êtres humains. Des hommes et des femmes. Qu’on fait du vin, que d’autres le vendent. Mais que c’est pas plus important que tout ça. Que c’est pas la peine de péter plus haut que son cul parce qu’on a nos bouteilles vendues dans des endroits prestigieux à des prix exorbitants. Que personne ne se rappellera de nous dans 200 ans. Parce que le talent, le vrai, c’est assez rare.
Que ça ne donne pas le droits d’abuser des autres et encore moins des femmes. Q’un pantalon moulant n’est pas un appel au viol. Qu’aucune femme ne mérite cela. Qu’elle soit considérée comme « facile » ou qu’elle ait des tenues affriolantes. Personne ne mérite d’être humilié, agressé, violé, harcelé. Sous aucun prétexte. Et en aucun cas, on se doit de minimiser ce genre de comportement.
Que le monde du vin nature n’est  pas un milieu qui se prête à des agissements grivois et grossiers. Pas plus qu’un autre.
Pas mon monde du vin nature à moi.

2017-Sans_oui_cest_non-ULaval

Heureusement, le verdict est tombé. La peine est plus lourde que celle demandée. Et les victimes sont enfin reconnues comme des victimes qu’elles étaient dès le  départ.

Je suis admirative pour leur courage et leur ténacité  pendant toutes ces années de combat judiciaire.
Elle donne beaucoup  de courage à toutes celles qui se battent et se battront encore. Car il en faut  pour se rendre à la police, raconter son histoire, déballer sa vie intime à des inconnus, supporter les accusations, les mises en doute, les confrontations, le regard et le jugement de ceux qui se croient à l’abri de tout ça. Du courage pour surmonter sa culpabilité et sa honte.

Merci les filles, et je vous souhaite de vous reconstruire maintenant, tranquillement, loin de tout ça, entourées des gens que vous aimez , parce que vous n’étiez ni coupable, ni responsable, mais juste des victimes. La honte changera de camp grâce à des femmes comme vous.

petition-img-27161-fr

5 Commentaires

  1. Très bel article mais allez-y jusqu’au bout, dîtes son nom et sa cave, c’est tout l’interêt. Pas de vendetta. Simplement comprendre à qui l’on parle.

    1. Tout le monde sait que je parle des Caves Augé et de Marc Sibard. Mais c’est encore lui donner trop d’importance, me semblait-il, que de citer son nom. J’ai toujours du mal à citer les noms des personnes accusées de ce genre de chose. Comme si ça me liait à eux. Je ne sais pas comment exprimer ce que je ressens, je pense que vous saurez comprendre.

Répondre à Derain Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>