On apprend la Biodynamie

Pendant longtemps j’ai pensé qu’il ne fallait pas forcément mettre à tout prix un logo sur une étiquette. Pour plein de raisons. Et de peur surement d’être accusée de faire du marketing. Je le suis tout de même! Parce que je communique beaucoup sur ce que l’on fait. Parce que j’aime ça. Parce que j’ai envie de vous dire ce que l’on fait. Parce que sinon, personne ne le fera!

Aujourd’hui, je pense que c’est nécessaire de spécifier sur nos étiquettes que l’on est en bio. Pour faire la promotion du bio.
En ne mettant pas le logo sur les bouteilles, on laisse croire aux gens que ça n’a pas d’importance pour nous. Que la manière de cultiver, qu’elle soit bio ou conventionnelle n’y changerait rien.
C’est faux. ça change évidemment tout.

On a décidé de passer en biodynamie. Pas sur un coup de tête.
(L’agriculture biodynamique , appelée communément biodynamie, est un système de production agricole inspiré par l’anthroposophie, courant spirituel dont les bases ont été posées par Rudolf Steiner dans une série de conférences données aux agriculteurs en 1924.)

13716186_10208639057647430_5407349724834268204_n
première dynamisation de tisane au Domaine

La biodynamie, ce n’est pas venu comme ça, d’un coup. C’est une longue réflexion. Pas juste dans les vignes. Une réflexion globale. Sur le sens des choses et de la vie. Du rôle de la terre et du ciel. De l’importance des étoiles, de la lune et des planètes.

On n’est pas arrivé comme ça sur la terre pour y faire n’importe quoi.
On en repartira comme si de rien n’était.
Je voudrais juste essayer de comprendre certaines choses. Et de faire de mon mieux.
Je sais qu’on  maltraite la terre et les sols depuis longtemps.
On a essayé de les soigner en cultivant en bio.
On ne les a pas soignés. On a juste arrêté de les intoxiquer.
C’était un bon début. Il faut aller plus loin maintenant.
Il faut que la vraie vie revienne.
Pour cela je crois qu’il faut y mettre toute notre conscience, sans être inconscient.
On ne peut pas croire qu’on va agir si on n’a pas conscience de notre action.
Si tu n’y crois pas vraiment, ça ne marchera pas.
Si tu y crois vraiment, ce n’est pas sur que ça marche non plus. Parce qu’il y a plein de choses autre que toi qui vont interagir. Alors il faut agir en prenant en compte tous les paramètres.

Bref.

Je veux faire les choses du mieux que je pourrai. Parce que chaque geste aura son importance, au moment où on le fera et que les résultats qu’on aura peut être viendront de là.

(Bruno pense que j’ai des pouvoirs magiques parce que je l’apaise.
Mais moi je bous à l’intérieur. Ce n’est pas magique ça.
Je veux juste qu’il soit apaisé pour ne pas être angoissée moi même. C’est juste égoïste!)

La biodynamie sera un chemin personnel. Un chemin sans fin. Parce qu’on n’ aura jamais assez de temps pour tout comprendre.
Ce n’est pas grave. Nous n’avons pas cette prétention.
Je veux juste être guidée dans les grandes lignes, mais je ne veux pas qu’on me dise comment penser.
Je veux garder ma liberté d’esprit. L’important ce ne sont pas les mots qu’on met sur les choses mais la façon dont on les aborde.
(Toi aussi, tu as surement discuté avec quelqu’un qui te reprend sur chacun de tes mots, comme si tu ne les utilisais pas à bon escient. Le gars qui est numéro 1 mondial du lexique intercidéral. C’est énervant. On veut tous se donner de l’importance, et c’est sans importance!)

J’aime apprendre. Je n’aime pas les gens qui savent tout sur tout parce qu’on ne sait jamais tout sur tout.
ça, je le sais!

Le temps, ce n’est pas mesurable. Quand tu es heureux, ça passe vite et quand tu es malheureux, c’est juste interminable.
J’espère juste qu’on aura assez de notre temps, voilà tout.

On redevient des débutants qui avons tout à apprendre. C’est ça qui est chouette!

 « L’agriculture biodynamique est une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux Hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du « vivant » acquise par une vision qualitative/globale de la nature. Elle considère que la nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle-même et qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes, des animaux et des Hommes grâce à des procédés  thérapeutiques ». Jean-Michel Florin, coordinateur du MABD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>