Le vin nature lâché dans la nature

Le vin nature lâché dans la nature

L’INAO envisage de réglementer les vins naturels
Alors évidemment, ça fait parler. Et ça rassure le Grand Monde du Grand vin. On sent comme un grand soulagement.
L’AVN (l’Association des Vins Naturels) travaille depuis longtemps sur ce sujet, pour une reconnaissance des vins naturels. Vraiment.

T’es pour?
T’es contre?
Tu t’en fiche?

Soit disant que le terme « nature » ou « naturel » serait galvaudé.
C’est pas faux.

Bon alors, le vin naturel, ça dérange qui?
Apparemment, d’après ce que j’ai pu lire, ça dérangerait les vignerons conventionnels:
« Cette pratique qui donne des vins souvent typés, fruités, écarte l’immense majorité des procédés traditionnels de vinification. Elle est parfois mal perçue par les vignerons conventionnels car l’appellation « naturels » sous-entend que les autres ne le sont pas. » extrait de l’article du Figaro.fr

Si je comprends bien, on essaie de savoir ce que les vignerons natures ne mettent pas dans leur vins ?
Les vignerons conventionnels exigent de la transparence de la part des vignerons natures. 

1147145349

Au fil du temps

Au fil du temps

A dix huit ans j’ai quitté ma province
Bien décidé à empoigner la vie
Le coeur léger et le bagage mince
J’étais certain de conquérir Paris…

Ce n’est pas tout à fait comme ça que ça s’est passé!

Il y a 18 ans, on a décidé de ne plus utiliser les produits chimiques qui étaient mauvais pour notre santé et celle de nos enfants. On n’avait juste pas envie de mourir empoisonné. Bruno s’est intoxiqué gravement. Et ça nous a fait peur. Surtout à moi. J’ai du gérer une situation d’urgence. J’ai hurlé, paniqué, appelé ma mère avant d’appeler le docteur…! J’ai cru qu’il était mort, qu’il ne se réveillerait pas.
J’avais déjà peur avant ça. Parce que j’ai toujours eu un peu de mal à faire confiance à ce vendeur de produit qui venait à la maison nous faire l’éloge de ces poisons et qui sentait la mort. Au sens figuré, certes, mais surtout au sens propre. J’ouvrai les portes et les fenêtres après son  départ tellement ça sentait mauvais les produits chimiques. J’ai appris qu’il disait de nous qu’on était des farfelus quand on n’a plus voulu le recevoir pour faire gonfler son carnet de commande.
Quel ingrat!