Perraud’Dynamie

Perraud’Dynamie

Il y a quelques mois, nous avions fermement décidé de commencer une conversion vers la Biodynamie.
Encadré par un organisme certificateur.
Pour avancer et apprendre. Car c’est bien les échanges qui font que les hommes (et les femmes) progressent et grandissent.

(Bon je me suis d’abord demandée pourquoi mettre les femmes entre parenthèse. Parce que j’employais le mot homme dans son sens général de l’être humain. et puis me voilà en train de me justifier! Les femmes me comprendront!)

commandements-beaute-feministe

On apprend la Biodynamie

On apprend la Biodynamie

Pendant longtemps j’ai pensé qu’il ne fallait pas forcément mettre à tout prix un logo sur une étiquette. Pour plein de raisons. Et de peur surement d’être accusée de faire du marketing. Je le suis tout de même! Parce que je communique beaucoup sur ce que l’on fait. Parce que j’aime ça. Parce que j’ai envie de vous dire ce que l’on fait. Parce que sinon, personne ne le fera!

Aujourd’hui, je pense que c’est nécessaire de spécifier sur nos étiquettes que l’on est en bio. Pour faire la promotion du bio.
En ne mettant pas le logo sur les bouteilles, on laisse croire aux gens que ça n’a pas d’importance pour nous. Que la manière de cultiver, qu’elle soit bio ou conventionnelle n’y changerait rien.
C’est faux. ça change évidemment tout.

On a décidé de passer en biodynamie. Pas sur un coup de tête.
(L’agriculture biodynamique , appelée communément biodynamie, est un système de production agricole inspiré par l’anthroposophie, courant spirituel dont les bases ont été posées par Rudolf Steiner dans une série de conférences données aux agriculteurs en 1924.)

13716186_10208639057647430_5407349724834268204_n
première dynamisation de tisane au Domaine

Dis moi quelle est ton herbe et je te dirai comment va ton sol

Dis moi quelle est ton herbe et je te dirai comment va ton sol

L’autre jour, j’ai répondu à une interview concernant l’enherbement. Et quand on me pose des questions, je m’en pose ensuite moi même! J’aurai d’ailleurs passé ma vie à me poser des questions et à chercher des réponses. Je ne sais malheureusement pas tout expliquer. Mais on ne pourra pas me reprocher de ne pas avoir essayer.

Sur le Domaine, on n’a pas un enherbement maîtrisé. C’est plutôt l’herbe qui nous maîtrise.
Faut juste assumer et se dire qu’on ne pourra pas faire parfaitement.

11267734_10205483955011836_6413560181207177625_n

Au fil du temps

Au fil du temps

A dix huit ans j’ai quitté ma province
Bien décidé à empoigner la vie
Le coeur léger et le bagage mince
J’étais certain de conquérir Paris…

Ce n’est pas tout à fait comme ça que ça s’est passé!

Il y a 18 ans, on a décidé de ne plus utiliser les produits chimiques qui étaient mauvais pour notre santé et celle de nos enfants. On n’avait juste pas envie de mourir empoisonné. Bruno s’est intoxiqué gravement. Et ça nous a fait peur. Surtout à moi. J’ai du gérer une situation d’urgence. J’ai hurlé, paniqué, appelé ma mère avant d’appeler le docteur…! J’ai cru qu’il était mort, qu’il ne se réveillerait pas.
J’avais déjà peur avant ça. Parce que j’ai toujours eu un peu de mal à faire confiance à ce vendeur de produit qui venait à la maison nous faire l’éloge de ces poisons et qui sentait la mort. Au sens figuré, certes, mais surtout au sens propre. J’ouvrai les portes et les fenêtres après son  départ tellement ça sentait mauvais les produits chimiques. J’ai appris qu’il disait de nous qu’on était des farfelus quand on n’a plus voulu le recevoir pour faire gonfler son carnet de commande.
Quel ingrat!

De rien

IMG_2185 De rien

Je me sens apaisée…
Enfin.
2014 sera un millésime plein de souvenirs, des bons et des mauvais.
Comme d’habitude me direz-vous?
Non, pas comme d’habitude.

Je me sens apaisée aussi parce que tous les raisins sont rentrés.
Enfin, non, pas tous.
Il reste  une petite parcelle, aux Guillats, un peu plus tardive que les autres qui profite encore des derniers rayons du soleil.

J’avais beaucoup de colère en moi.
A cause de plein de choses.

Le dimanche ils courent et il traite

10291082_10202957437250471_7730141599596317570_n Le dimanche ils courent et il traite
Dimanche dernier, Bruno a participé au trail de Villié Morgon.
24 km dans les chemins un peu chaotiques et 800 m de dénivellé positif.
C’était son premier trail. Il s’était pas mal entraîné.
La veille, on a mangé des pâtes à midi, des pâtes le soir, agrémentées de gâteaux énergétiques!
De la haute gastronomie!
Du coup, moi j’étais très en forme et pleine d’énergie pour le supporter!
C’est vraisemblablement pour cette raison qu’il finira 12 ème sur 358 en 1h59 !

C’est bio, c’est dynamique, c’est sain et naturel

C’est bio, c’est dynamique, c’est sain et naturel

Il y a des choses que l’on fait parfois, des décisions que l’on prend sans vraiment sans rendre compte, parce qu’on a envie d’être libre.
C’est bien souvent inconscient.
On se sent enfermé dans un truc. Comme une sphère dans laquelle on tournerait sans jamais trouver la sortie. On y est bien mais on étouffe petit à petit, sans en avoir conscience.
Alors quand on a la possibilité d’en sortir, on n’hésite pas, croyant qu’on va pouvoir enfin respirer librement, comme on le veut…
Et bien non, on se renferme dans autre chose.

Quand on a commencé à faire des vins « dits natures », il y a plus de 10 ans. On croyait qu’on pourrait se sortir d’un conformisme trop présent et trop pesant. Mais encore, à ce moment là, on ne s’en rendait pas vraiment compte. On se sentait un peu étouffé dans notre travail, ayant l’impression de ne pas pouvoir aller au bout d’un truc qu’on ne savait même pas quel était vraiment le bout!
Les vins « natures », c’était : « je fais ce que j’aime et pas ce qu’on m’impose de faire ou d’aimer ».
Bon, on a bien était tourmenté mais on l’a peut être bien cherché.
Ce n’est pas ça le plus important.
Aujourd’hui, j’ai l’impression de m’être un peu enfermé dans un monde de « vin nature »où l’on traque le plus nature que nature.
Où le Nature s’oppose aux Autres.

Je compare donc je suis

1526387_10203708609583927_1103405656_n Je compare donc je suis

Pour vivre heureux, arrêtons de comparer…
Plus facile à dire qu’à faire.
Mais nous ne sommes pas des objets dans un magasin.
Et quand on regarde Marie Emilie, on la voit plus belle, plus mince, plus sexy que nous…
Et v’la l’aigreur qui s’installe.
Pas l’aigreur d’estomac.
Non?
La vraie aigreur qui vous rend aigrie.
L’aigreur qui rend moche.
En plus, Marie Emilie, on ne la connaît même pas. Elle a même tendance à se trouver plus moche que nous.
On préfère évidemment  se comparer à plus intelligent, plus beau et plus riche que soi. Du coup, ça nous rend malheureux.
Il suffit juste de se trouver une ou deux qualités, de les mettre en avant et …
Ouais…

Pareil pour les vins.

Beaujolais nouveau, je t’ai dans la peau

1377404_10201472505328101_542909537_n Beaujolais nouveau, je t’ai dans la peau

Les vendangeurs sont partis.
Nous finirons tout seul.
Attendrons le beau temps annoncé pour jeudi pour ramasser la dernière parcelle de gamay.

Nous avons eu un peu froid… c’était quelquefois un peu humide mais la plus grosse partie est rentrée au chaud… Enfin presque au chaud… il ne fait pas très chaud dans notre cuvage!

La récolte est petite. La grêle du 1er mai a laissé des traces. 45% de pertes, ça ne s’oublie pas…

Les Beaujolais Nouveaux sont préssurés. On a mis des radiateurs sous les cuves pour leur tenir un peu chaud. Pour que les fermentations malolactiques ne soient pas trop paresseuses. Elles ont bien heureusement commencées.