Sage comme une image

sage-femme2-1024x900 Sage comme une image

Les fins d’années scolaires sont des moments plus ou moins importants.
Pour Elodie, c’est la fin de l’année et aussi la fin de sa formation.
Au collège,alors qu’elle avait 13 ans, elle a du faire un petit dossier sur un métier, celui qu’elle envisagerait de faire peut être plus tard. Elle l’avait fait sur le métier de sage femme.

Aujourd’hui, elle a 24 ans, et avec l’obstination qu’on lui connait, elle sera Sage Femme… dans quelques jours. Vraiment. Pour de vrai.
J’avais, moi même, un peu de mal à réaliser jusqu’à ce que j’assiste à la soutenance de son mémoire.
C’était une soutenance publique.
J’étais encore plus stressée qu’elle.
J’avais peur de la perturber..
Je me suis assise au fond la salle. Pour me faire la plus discrète possible.
« Tu me regardes pas dans les yeux, hein! » c’était les consignes que j’avais et que j’avais intérêt à respecter!

Aide mémoire pour Novembre

Aide mémoire pour Novembre

Le mois de novembre sera un mois bien chargé et il va falloir nous suivre!
-On commence très fort, le 1er Novembre (seulement le 1er pour nous) , à Lyon au salon Rue89:

11935576_10207440689843508_8764123700215564985_n

-Les 14 et 15 Novembre, nous ferons déguster nos vins en Belgique chez notre Client Taste Affair à Gand.

-Le 19 Novembre, c’est la sortie du beaujolais Villages Nouveau 2015 #unpapillonpourtéo 

-Les 28 et 29 novembre, nous serons à Bruxelles, Belgique encore,  au salon Vini, Birre, Ribelli.

Et le 30 Novembre, je meurs d’épuisement et reviens à la vie le 1 er décembre!

Sortie en salle « vendanges 2015″

Sortie en salle « vendanges 2015″

Si on m’avait dit qu’un jour je tournerai dans un film à gros budget avec David large.
Si on m’avait dit qu’un jour, on accrocherait un micro à ma chemise et qu’il faudrait que je fasse comme si la caméra n’était pas là.
Si on m’avait dit qu’un jour Lapinou, Germaine et Brindille seraient figurants dans The film sur le beaujolais et que Brindille recommencerait 10 fois la même prise avec une même fougue infatigable (quelle actrice).
(J’avoue, j’ai menti un peu sur le budget du film mais je n’ai pas pu résister)
Le film vient de sortir: il est en ligne sur Youtube (et c’est déjà pas mal. Brindille commence à prendre la grosse tête et ce n’est pas facile à gérer!)
J’espère que vous passerez un aussi bon moment que nous avons eu à y participer!
Les vendanges, ça se passe vraiment comme ça… sauf que ça dure plus longtemps!

 

#unpapillonpourtéo

vin VS vin naturel

rose vin VS vin naturel

C’est l’histoire d’un mec qui est viticulteur en Bourgogne. Il vit des moments difficiles aussi bien personnels que professionnels. Son fils, oenologue réputé, vit à Paris dans le luxe et la luxure (non pas la luxure en fait!). Il décide de revenir, malgré tout sur le Domaine familial et de prouver à son père qu’il est digne de ce terroir. Il décide de refaire du vin comme avant!
(synopsis à ma sauce du film Premier Crus, parce que je n’ai pas vu le film mais juste lu le synopsis et l’article de David Large sur l’Express!)

C’est juste là où je voulais en venir… « refaire du vin comme avant »
Ce n’est pas revenir en arrière de décider de travailler comme avant. C’est peut être même une sacré évolution.
On a cessé de progresser ces dernières décennies et nous arrivons, il me semble, au bout du bout du progrès.

Ballade pré-vendanges

IMG_6853 - Copie Ballade pré-vendanges

Les vendanges c’est pas un truc qui arrive comme ça. On les prépare pendant 1 an.
Et quand le moment est presque là, on s’impatiente, on trépigne, on s’agite, on prépare, on s’active. Bref, on a un peu le stress qui se mélange à plein de choses qu’on ne sait même pas décrire. On a hâte en même temps qu’on n’a pas envie!

Quand j’étais gamine, je détestais les vendanges.
Mon papa est bijoutier joaillier: rien à voir!
Ma maman tenait le bistrot du village. Mais aussi la Régie (elle faisait les papiers de circulation du vin pour les vignerons quand ils vendaient leur vin en vrac), elle vendait les cigarettes, le gaz, les journaux, les cartes postales, les bonbons… Et quand les vendanges approchaient, c’était plein de gens bizarres qui arrivaient dans le village, qui faisaient beaucoup de bruit et qui envahissaient le bistrot… ma maison quoi! J’avais très peur parce qu’une année, quelques gens très bizarres avaient tout saccagé dans le bistrot (profitant de l’absence exceptionnelle de mon père ce soir là). Bref, depuis ce jour, ils me faisaient tous très peur! et le vendangeur était devenu pour moi une espèce à éviter quoi qu’il arrive! surtout s’il avait abusé de  l’alcool, ce qui était souvent le cas quand il passait un peu trop de temps dans le bistrot de ma mère…

C’est orgasmique

media_xl_4530945 C’est orgasmique

Et si on parlait du bonheur?
Il paraît que dans notre société, on aurait une obsession du bonheur.

C’est même devenu un but, notre but et du coup quelque chose d’impossible à avoir.
Mais souvent, une fois que l’on a les choses que l’on désire, on ne les désire plus.
C’est comme ça. C’est le propre de l’homme à ce qui paraît.

L’homme idéal n’est pas un mythe

L’homme idéal n’est pas un mythe

Début de l’aparté

Un blog, c’est un espace de liberté. Ici, c’est le mien. On donne de plus en plus d’importance aux blogs et aux blogueurs même quand ça n’a pas beaucoup d’importance. On doit quelquefois se justifier d’un billet injustifiable. J’ai du le faire moi aussi depuis 2007. Je trouve ça plutôt ridicule aujourd’hui. Je ne suis pas journaliste, je ne suis ni écrivain, ni philosophe. Je ne suis pas la seule dans cette situation. Sandrine Goeydvaerts nous l’a fait remarquer encore aujourd’hui dans son blog: la Pinardothèque . Elle nous parle de l’intelligence de la lecture. Je suis plutôt d’accord. Laissons le blog à sa place de Blog. Et laissons les blogueurs à leur place également. 

Fin de l’aparté.

Demain, c’est la Saint Valentin. Et c’est le moment de faire sa déclaration. Même si on doit la faire tous les jours de l’année. Le 14 février on se doit de la crier au monde entier, c’est pour cela qu’elle a été créé! Et oui. Et aussi pour les cadeaux, toussa toussa.
Mon Valentin c’est mon mari. Il ne s’appelle pas Valentin, c’est mon fils Valentin alors c’est vrai que c’est un peu compliqué à la maison ! Je l’ai rencontré il y a 30 ans cette année… (mon mari pas mon fils) .

pour le meilleur et pour le pire

pour le meilleur et pour le pire

ça commence à sentir la banane, vous trouvez pas?!
Oui! c’est le beaujolais nouveau qui frétille dans son carton. Il n’en peut plus d’attendre! Du coup il laisse s’échapper quelques petits arômes!

C’est de l’humour! hein!
ça sent pas la banane le vrai beaujolais nouveau!

Alors je voulais mettre les choses au point, d’ailleurs, à ce sujet.
En ce qui concerne notre beaujolais villages Nouveau.
Je ne parle que de ce que je connais!

Faire un genre de réponses aux questions les plus fréquemment posées!

Happy

Happy

Je suis contente: Bruno m’a fait mon Pet’Nat!
C’est Rose qui lui a trouvé son nom, Happy’Bulles.
J’en rêvais depuis longtemps et je savais ce que je voulais. Bruno était un peu sceptique parce qu’il le voulait autrement.
Moi je le voulais comme un bonbon, perlant, un peu plus même mais pas trop.
Sur le sucre.
Pas que je sois gourmande mais j’aime les gourmandises.
Voilà… comme une gourmandise.

On a ramassé les raisins aux Guillats, à Vauxrenard, cette parcelle de gamay assez tardive. On l’a laissé mûrir et on est arrivé là alors que les vendanges étaient terminées partout. On a vendangé juste nous, en famille.
On a rentré les raisins en grappes entières, on a foulé, chauffé un chouilla et laissé tranquille pendant 4 jours, pour que ça fermente et pour que ça dégage de la couleur.
Et ensuite?
C’est notre petit secret…Des histoires de densité, de froid, de grandes précisions.
Tout ça sans levures vahiné, sans soufre et sans autre tralala. Parce que c’est vachement meilleur sans ça!

On a mis en bouteilles un samedi matin. Juste tous les deux. J’étais trop contente parce que ça sentait bon et que ça goûtait bien.
et j’me disais que si ça plaisait pas et bien j’y boirai tout!
Ouais!
400 bouteilles, c’est pas insurmontable !!
L’an prochain, promis, on en fait davantage!

541557_10204184685210903_3706791420136699825_nPhoto empruntée à Olivier Grosjean, le blog d’Olif!

Plus belle la vie

IMG_3603 Plus belle la vie

Le vigneron, on l’imagine toujours dans ses vignes, au grand air, les cheveux au vent, libre, heureux et insouciant. Avec sa pelle sur son épaule, pour remonter la terre (si, si, y en qui remontent la terre).
Et la femme du vigneron, on l’imagine avec son mari, dans les vignes, au grand air, les cheveux au vent, libre, heureuse et insouciante. Elle lui apporterait son casse croûte, dans un petit panier avec une serviette à carreaux rouges et blancs. Une Belle des champs quoi!
Alors lui, il lui remettrait sa mèche rebelle que le vent a sortit de la barrette à fleur, avec un petit sourire amoureux.
Ouais, il est heureux, elle aussi. Bref, ils sont heureux.