La Vigne de mon Père

La Vigne de mon Père

Pour le millésime 2016, de nouvelles cuvées ont vu le jour.
Aujourd’hui, c’est d’un Moulin à Vent dont je vais vous conter l’histoire!
En 2006 nous avions repris la succession de la vigne du père de Bruno à Moulin à Vent, sur Romanèches Thorins.
(ne pas confondre avec notre parcelle que nous avions acheté en 1993, sur les hauteurs de Chénas).
Nous avons dû l’arracher car elle n’a pas supporté le passage en bio. Nous l’avons replantée petit à petit.

Elle produit depuis quelques années mais nous n’en faisions pas une  cuvée à part entière.
En 2016, malgré la grêle, nous avons eu envie de la vinifier seule. C’est une vigne plutôt précoce que nous vendangeons bien avant nos autres parcelles. Une petite récolte mais de jolis raisins.

19225577_10211526407549373_6442434562751384386_n

2016 en devenir

2016 en devenir

J’ai un peu délaissé le blog.
Je m’en excuse auprès de celles et ceux qui attendent, sans relâche, tous les jours, heure après heure que je clique sur le bouton « publier ».

Plus le temps passe et moins on a de temps.
Pourtant le temps a toujours la même durée?
Je n’en suis plus si sure. Il raccourcit. C’est presque certain. Ce doit être la faute à Monsanto.

Et il y a les priorités qui changent. De l’importance qu’on accorde à ceci ou cela.
Mes priorités ne sont pas les vôtres, et vice versa. Et ça ne change rien. Quand c’est prioritaire, ça passe en priorité!

Je ne sais pas  si c’est parce que je vieillis que je suis débordée plus qu’avant.
Ou si je suis réellement plus occupée ?
J’opte pour la deuxième hypothèse même si je sens bien que la première me talonne de près.

Blue Monday VS Biotop Monday

Blue Monday VS Biotop Monday

Blue Monday, c’était hier.
C’est tous les ans à la même époque.
Le troisième jeudi de novembre, c’est la sortie du beaujolais nouveau.
Et le troisième lundi de janvier, c’est le Blue Monday. Et c’est le jour le plus déprimant de l’année.
Pas la peine de lutter. C’est mathématique!

12552517_1203047143057582_1576063523257964331_n

C’est la fin du week-end et le début de la semaine, les températures sont glaciales, on manque de soleil, on a les dettes de Noël à rattraper, le sentiment que la paie est encore loin (la paix aussi d’ailleurs…), l’impossibilité de poser des congés, les fêtes de fin d’année qui commencent à être loin, et les bonnes résolutions sont déjà balayées.

La bonne nouvelle, c’est qu’on s’en est sorti !

Et que Lundi prochain, ce sera Biotop Monday, à Palavas! On apportera du gamay, si toutefois fois vous aviez encore quelques séquelles du Blue Monday!
Et du chardonnay pour repartir sur de saines résolutions! Quelques 2014 et surtout des 2015 tirés sur cuve!

884590_1157832414227231_7299787395411391467_o

 

Alléluia

Alléluia

C’est bientôt la sortie du beaujolais nouveau.
Tant attendu, tant décrié.
Moi, je l’attends, je ne le décrie pas!
Le millésime 2015 a été plutôt cool au printemps et en été. Il faisait chaud et sec. Si on avait un soupçon d’intelligence, on a pu faire une sacré économie sur les produits de traitement, sur les désherbants (c’était l’année ou jamais) et sur les travaux du sol et tonte de l’herbe.

Mais le millésime s’est vengé à la cave!

esprit-vengeance

vin VS vin naturel

rose vin VS vin naturel

C’est l’histoire d’un mec qui est viticulteur en Bourgogne. Il vit des moments difficiles aussi bien personnels que professionnels. Son fils, oenologue réputé, vit à Paris dans le luxe et la luxure (non pas la luxure en fait!). Il décide de revenir, malgré tout sur le Domaine familial et de prouver à son père qu’il est digne de ce terroir. Il décide de refaire du vin comme avant!
(synopsis à ma sauce du film Premier Crus, parce que je n’ai pas vu le film mais juste lu le synopsis et l’article de David Large sur l’Express!)

C’est juste là où je voulais en venir… « refaire du vin comme avant »
Ce n’est pas revenir en arrière de décider de travailler comme avant. C’est peut être même une sacré évolution.
On a cessé de progresser ces dernières décennies et nous arrivons, il me semble, au bout du bout du progrès.

Happy Bulles de A à Z

11913237_10206501567411510_6033340587993817740_n Happy Bulles de A à Z

Cette année, nous avons décidé de produire un peu plus d’Happy Bulles que l’an passé (les 500 bouteilles de 2014 ont connu un beau succès et on voulait que vous puissiez en profitez davantage… et nous aussi!). 2000 bouteilles seront disponibles pour le millésime 2015.
Elaborées à base de gamay, ce sont des bulles…rouges!
L’Happy bulles est vendangé, vinifié, mis en bouteilles par nos soins.
Pas d’intermédiaire.
Pas de metteur en bouteilles.
Pas de faiseur de bulles à façon.
C’est juste nous, rien que nous.
Pas de sucre rajouté. Pas de Sulfite. Pas de levure. Pas de gaz rajouté (mon dieu non!) 100 % gamay bio du beaujolais.

Trois points de suspension

Trois points de suspension

Quelquefois… ils ne comprennent pas nos vins.
Je vous dirais que moi, quelquefois, je ne les comprends pas.
Bref, un monde nous sépare: celui de l’incompréhension!

Alors j’explique. Je raconte une histoire. Notre histoire qui a fait que le vin est comme il est. C’est  important de comprendre. Sinon, on vendrait nos vins dans les supermarchés, sans histoire!

71f9315f2b3f943ccd6ba55111cf5f145498551d11a19

Phéromone Party

Tendance-bizarre-pour-trouver-l-amour-sentir-les-t-shirts-sales-d-inconnus_exact780x585_l Phéromone Party

On accorde beaucoup d’importance à notre nez, ou plutôt à ce que l’on sent, que ce soit bon ou mauvais.
L’odorat n’est pas un sens mineur.
Savez vous qu’il y a 1000 milliards d’odeurs différentes et que l’on ne les sent pas tous de la même façon…?
Evidemment nous avons des références différentes selon nos histoires. Les parfums sont associés à des émotions.

On peut tomber amoureux d’une odeur.
Avez vous remarqué comme la peau de l’être aimé sent divinement bon?
Alors je ne sais pas s’il sent bon parce qu’on l’aime ou si on l’aime parce qu’il sent bon. Mais c’est tellement rassurant. L’odeur donne un avant goût du corps de l’autre et fait éclore le désir. Mais je ne vous apprends rien!

pour le meilleur et pour le pire

pour le meilleur et pour le pire

ça commence à sentir la banane, vous trouvez pas?!
Oui! c’est le beaujolais nouveau qui frétille dans son carton. Il n’en peut plus d’attendre! Du coup il laisse s’échapper quelques petits arômes!

C’est de l’humour! hein!
ça sent pas la banane le vrai beaujolais nouveau!

Alors je voulais mettre les choses au point, d’ailleurs, à ce sujet.
En ce qui concerne notre beaujolais villages Nouveau.
Je ne parle que de ce que je connais!

Faire un genre de réponses aux questions les plus fréquemment posées!

Happy

Happy

Je suis contente: Bruno m’a fait mon Pet’Nat!
C’est Rose qui lui a trouvé son nom, Happy’Bulles.
J’en rêvais depuis longtemps et je savais ce que je voulais. Bruno était un peu sceptique parce qu’il le voulait autrement.
Moi je le voulais comme un bonbon, perlant, un peu plus même mais pas trop.
Sur le sucre.
Pas que je sois gourmande mais j’aime les gourmandises.
Voilà… comme une gourmandise.

On a ramassé les raisins aux Guillats, à Vauxrenard, cette parcelle de gamay assez tardive. On l’a laissé mûrir et on est arrivé là alors que les vendanges étaient terminées partout. On a vendangé juste nous, en famille.
On a rentré les raisins en grappes entières, on a foulé, chauffé un chouilla et laissé tranquille pendant 4 jours, pour que ça fermente et pour que ça dégage de la couleur.
Et ensuite?
C’est notre petit secret…Des histoires de densité, de froid, de grandes précisions.
Tout ça sans levures vahiné, sans soufre et sans autre tralala. Parce que c’est vachement meilleur sans ça!

On a mis en bouteilles un samedi matin. Juste tous les deux. J’étais trop contente parce que ça sentait bon et que ça goûtait bien.
et j’me disais que si ça plaisait pas et bien j’y boirai tout!
Ouais!
400 bouteilles, c’est pas insurmontable !!
L’an prochain, promis, on en fait davantage!

541557_10204184685210903_3706791420136699825_nPhoto empruntée à Olivier Grosjean, le blog d’Olif!