Orage, O désespoir

Orage, O désespoir

J’en suis arrivée à redouter le printemps et la période estivale.
Alors qu’on devrait se réjouir du retour des longues journées ensoleillées… j’ai la hantise des orages et de la grêle.
« Faut pas y penser, ça la fait venir »
C’est des conneries ça.
Que t’y penses ou que tu n’y penses pas, elle s’en fout complètement la grêle. Elle n’a pas ces états d’âmes là. La haut, dans le ciel, elle n’écoute pas nos implorations. Quand elle est est trop à l’étroit dans les nuages, elle explose et vient s’effondrer sur nos têtes, et surtout sur nos vignes.
Ma grand mère disait qu’il fallait allumer des cierges. ça mange pas d’pain de toute façon. Parce que sa grand mère allumait des cierges. et que ça marchait , à ce qui paraît… C’est une façon de faire quelque chose quand on ne peut rien faire d’autre. Alors, moi, j’achète des cierges bénis dans toutes les églises où je me trouve de passer. Le dernier en date, c’est un grand cierge de Notre Dame de La Garde à Marseille. J’ai pris le plus gros, au cas où on aurait une saison éprouvante. Et je crois que j’ai bien fait…
Hier, je n’ai pas pensé à l’allumer. Parce que je ne pensais pas qu’il ferait de l’orage. (tu vois que ça marche pas de ne pas y penser).

944851_10207939546800096_2956010710497418732_n

Printemps orange, je suis verte

Printemps orange, je suis verte

Le printemps est bel et bien là.

12963391_10207894645957603_9100993174169683118_n

La nature s’éveille, les oiseaux chantent, les bourgeons se gonflent de vie, les arbres fleurissent et…
l’herbe jaunit…
Un peu partout.
Peut-être y suis-je de plus en plus sensible.
Mais le orange, voire le rouge (à la mode cette année) me donnent la nausée.
Dans les fossés, les talus, les descentes d’eau, les jardins, les bords de route, les vignes.