Etat de choc

Suite à mon dernier billet, j’ai eu quelques remontrances!
Je l’ai bien cherché…
Juste à cause de la photo.
Même si elle illustrait bien le billet…
Je trouve…
Non?

Mais les gens choqués n’ont certainement pas lu mon texte ou compris ce que je voulais y dire! ( faut dire que je ne suis pas une grande écrivaine et juste les autochtones comprennent mon parlé!)
Parce que bien trop souvent, on jette un oeil, et on juge sans trop essayer de comprendre le pourquoi du comment de la chose qui se passe.

Bref


Moi je suis bien plus choquée de la situation actuelle pour nous autres vignerons.
Excusez moi de ne pas parler des autres corps de métier mais si en plus je parle de ce que je ne connais pas, on va me balancer des pierres dès que je franchirai le pas de ma porte!

Choquée par toutes ces vignes en friches, choquée par le fait que sur 10 arrêts d’activité seulement 1 est reprise,
choquée par les bas prix des vins bien trop souvent, choqués par plein de choses bien plus importantes que par les seins d’une femme… (qui en plus sont très jolies)

Je suis révoltée par certaines pratiques un peu trop chimiques.

Y a aussi toutes ces aides qu’on met en place: à l’arrachage, à la plantation, à la restructuration: on met en place des services, plein de services, on monte des dossiers, pleins de dossiers, qu’on transmet à ces services, pleins de services, et quand on devrait toucher ces fameuses primes… y a plus d’argent… parce que y avait trop de services!

Je suis choqués par ce qu’on ose nous faire bouffer, par ce qu’on ose nous faire boire ( simplement au robinet de la cuisine).

Voilà.

Tout ça ça me choque vraiment.
Tout ça, ça me révolte vraiment.

Mais désolé.
Une paire de jolis seins ou de jolies fesses, ça ne me choque pas…
en tout cas… pas encore.

Vous vous demandez pourquoi cette photo pour illustrer ce billet? Parce que la pauvre vigneronne a été prise d’une crise de folie. Elle ne veut plus faire ses DRM, ses DEB, remplir ses dossiers agrimer, subir tous ces contrôles, faire agréer ses vins. Elle veut la paix!

6 Commentaires

  1. Moi, ce ne sont pas les photos qui me choquent. Chacun ses goûts après tout. Non, ce qui me turlupine – et là je te parle très franchement – c’est le ton négatif, dramatique, victimaire, sans cesse plaintif voire larmoyant que tu emploies presque à chaque post, même si tu y distille quelques bribes d’humour. Je comprends et connais la difficulté du métier de vigneron (en plus, je suis dans une région où les vins sont considérés comme de la merde depuis deux siècles), mais j’ai du mal à accepter que l’on fasse ce métier merveilleux quoique prenant et exigeant, tout en donnant l’impression de se plaindre. Si tout va mal dans la viticulture, faut se remettre en question. L’accepter et vivre avec en donnant le meilleur de nous-mêmes (y compris l’enthousiasme), ou tout foutre en l’air et faire autre chose. Voilà, la chose est dite. Navré que cela tombe sur toi. Bises et bon courage.

  2. Merci Michel, et oui tu as raison! je m’en rends compte après relecture de mes billets quelquefois! On se remet en question chaque jour, on est heureux de ce qu’on fait mais on aimerait que notre enthousiasme soit TOUJOURS partagé! Du coup, quand il l’est pas, je comprends pas et je dois larmoyer! Alors promis, je vais prendre la vie du bon côté, le métier du bon côté et ne plus regarder les friches mais les nouvelles plantations que nous sommes en train de faire! des bises!

  3. Trop facile ce commentaire purement intellectuel faut y venir sur le terrain , malgré tout son amour pour ce merveilleux métier,….on a le droit de le dire raz le bol de tous ces gens qui se sentent au dessus et qui font d’un merveilleux métier, un parcours d’obstacles administratifs juste pour justifier de leur emploi minable qui leur permet de croûter sur notre dos!, la grêle, les difficultés techniques… à côté de ça, ce n’est rien!

    1. bien d’accord, y en a marre de toute cette paperasse qui ne sert à rien, de tout ces contrôles de nos entreprises par des stagiaires d’école d’ingénieur !!!!
      Si nos vins sont de qualités, les clients sont là. Si on produit de la merde les clients s’en vont. La réalité est simple.
      On se rend vite compte où est notre intérêt… Pas besoin de nous casser les bonbons avec ces organismes certificateurs ou autre comité de contrôle qui se gavent avec nos cotisations « volontaires » avant qu’elles deviennent obligatoire d’ailleurs!
      Avez vous déjà vu une cotisation obligatoire devenir volontaire, puis disparaître faute d’objet ? moi pas. Jamais.
      Raz la casquette de toutes ces conneries.
      Moi aussi, j’en ai marre de la DRM, DEB, DStock, DR, etc… plein le cul !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>