VDV #78: Peau(x) !

Voici le thème de ce Vendredi pour les Vendredi du Vin, proposé par Sandrine:
« Parlez-moi donc de ces peaux usées, burinées, des mains, des pieds, du hâle des vigneron(ne)s. De celles de ces baies épaisses ou diaphanes, qui contiendront -peut-être- l’essence du vin. De la peau en vinification? Des ces vins que vous buvez à fleur-de-peau, de ceux qui vous tannent, de ceux qui vous donnent la peau velours. De ceux qui en sont presque une seconde. Parlez-moi de ces minutes-là, de ce que ça fait à votre peau, juste avant la chair.

Mettez-vous dans la peau d’un personnage du vin, pourquoi pas?

Osez, écrivez, racontez: vos mues, vos transformations, vos peaux diverses et vivantes. Il n’y a que les morts qui ont tous la même peau, pas vrai Boris? »

Quand t’es vigneron, tu sais que tu t’inscris dans 8000 ans d’histoire. Que tu n’as rien inventé mais que tu perpétues des traditions ancestrales.
ça ne te met pas la pression pour autant… Quoi que…
T’as envie de faire du mieux que tu peux sur les vignes que t’ont transmis tes parents, tes arrières grands parents,  tes arrières arrières grands parents…
C’est inscrit dans tes gênes, dans ta peau, dans ta tête.
Que tu le veuilles ou non.
Et puis tu réfléchis. Parce que tu t’es marié avec une blonde qui n’est pas vigneronne dans ses gênes, mais qui vient d’une famille où l’on boit du vin. Que quand elle était petite, son père disait « allez hop, montez dans la voiture, on va en Bourgogne chercher du vin! ». C’était pas trop son trip mais c’était pas elle qui décidait.
Elle te fait réfléchir. Parce qu’elle pose sans arrêt un tas de questions.
Pourquoi tu fais comme ça?
Si t’as pas la réponse… Te faut une réponse quand même. Alors elle t’en trouve une.
Et puis à force de questions, on trouve les réponses.
et à force de réponses, on retrouve des questions.
ça ne finit jamais ce truc là.

Quand je me mets dans la peau de mon vigneron, je me dis que je lui ai bien chamboulé sa vie.
Mais il a chamboulé la mienne aussi.
Quand j’étais petite , je rêvais d’être danseuse étoile (on peut rêver non?!)… Pas vigneronne!
Et puis quand t’ aime un vigneron, quand le vigneron t’aime, t’as envie d’aimer ce qu’il aime (toute façon mon vigneron il voulait pas être Petit Rat de l’opéra).

Moi, mon vigneron, je l’ai dans la peau. Mais je crois que ça aurait été pareil s’il n’avait pas été vigneron.

J’ai essayé de me mettre dans sa peau. Mais il était déjà dans la mienne.

e23f71236b1291e006c9d7c0752cbd70

2 Commentaires

  1. d’où la redemande en mariage Isa et bruno … vive l’amour vigneron et au quotidien avec vos enfants il n’y a que çà de vrai et il n’est pas défendu d’être le petit rat en tutu dans tes parcelles et de faire trois petits pas de danse pour remercier ce beau millésime qui arrive et ton prince charmant ton compagnon ton confident, ton vigneron …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>