Ma COP21

-Deux degrés pour la planète, qu’est ce que ça change?
-Autant que pour vous la différence entre 37.5° et 39.5°

cop21

C’est vrai qu’on a du mal à se représenter le danger et l’urgence dans laquelle on se trouve.
Aujourd’hui, ça va. Demain ça ira encore et même après demain. Alors quoi? Qu’est ce que tu nous emmerdes?

La pollution de l’air, on ne la voit pas.
On se fout éperdument de la fonte des glaces parce qu’on n’a pas d’amis Ours Polaire.
On se tamponne le coquillard des Africains qui seront les premiers à ne plus pouvoir survivre dans leur pays. On n’ira plus en vacances là bas, voilà tout. Bon on n’ira pas à annuler le prochain safari non plus. Ce n’est donc pas si grave… si?
Ils vont migrer? Ahhh c’est ça les migrants?
Oui, ben on fermera les frontières.
Et ?
Ben je sais pas moi, c’est pas ma faute s’ils ont migré.

Je sais pas vous, mais moi, j’me dit qu’il faut qu’on fasse quelque chose.
Qu’on ne peut plus continuer à vivre comme on le fait.
On vit mal. On consomme mal. On surconsomme. On produit trop  de déchets.

12311320_10206987411077298_727038278377654225_n

Mais à vous entendre pour la plupart, vous êtes résignés.
Et vachement pessimistes. C’est peut être juste une façon de ne  rien changer: « toute façon, c’est trop tard, on ne peut plus  rien faire ».
Faut dire qu’on n’a pas fait grand chose pour éviter ça. On pensait que ça allait passer… sans casser…

Moi je veux y croire. Nous avons remis en question beaucoup  de choses à la maison et on continue. Les habitudes ne sont pas faciles à changer mais on y arrivera.

Et puis ça me gave qu’on mette tout sur le dos des politiques.
Ce n’est pas nouveau qu’ils ne servent à rien et il ne faudra pas compter sur eux pour avancer.
Mais les politiques ne sont pas plus responsables que chacun d’entre nous.

J’ai peur que la conclusion de la COP21 soit  » y a plus d’saison ma pov’ dame »…

Et si on prenait conscience que la planète va mal. Et si on se disait qu’on aimerait que cela change. Et si on pensait  à nos enfants, nos petits enfants et arrières petits enfants. Et si on se disait enfin que sauver la planète c’est notre responsabilité individuelle à chacun?
Bref, si on changeait nos façons de se comporter, de produire, et de consommer.
Aujourd’hui, on a les moyens technologiques de le faire, sans que ça modifie vraiment notre confort.
ça coûtera plus cher? Et bien au lieu d’acheter 3 pull chinois low cost chez Liddl, on en achètera un seul fabriqué en France. Et on sauvera la production française par la même.

Changeons nos façons  de nous nourrir. Mangeons bio pour que la culture bio devienne la culture conventionnelle.
Si vous voulez continuer à manger de la viande, mangez en moins mais de meilleure qualité.
Le foie gras dégueu pour les fêtes,  c’est pas nécessaire. Les oies vous diront merci.

Trop d’emballage tue l’emballage. Il  faut privilégier les aliments vendus en vrac: le riz, les pâtes, les gâteaux etc…

Les produits d’entretien polluent nos rivières et plus encore. Des produits naturels existent, utilisons-les.

Il faudra penser à abandonner nos voitures qui sont responsables pour 1/3 du réchauffement climatique. Mais des alternatives électriques existent et se développeront, les vélos , les transports en commun.

Collègues vignerons et agriculteurs, arrêtez d’enrichir Monsanto et d’empoisonner la terre et vos enfants. L’excuse du « j’men sortirai pas », est super méga ringarde et dépassée. La culture bio est juste nécessaire aujourd’hui. Qu’est ce que tu diras à tes petits enfants? Tu leur diras que tu voulais pas écouter ces écolos en sandales? La planète, c’est pas la responsabilité des écolos, mais de tout le monde.

Je ne donne pas de leçon, ne nous méprenons pas! J’en prends moi aussi.
Je ne suis  pas plus maline que vous tous. J’ai grandi dans cette société de surconsommation et je consomme et surconsomme. Ma génération est peut être la pire qui soit. Mais on est assez jeune (ouais quand même!) pour se remettre en question et enseigner à nos enfants ce qu’il faudrait faire. Même si bien souvent, c’est le  contraire,  et c’est eux qui nous explique les bonnes façons.
Arrêtons de regarder ce que les autres font mal et concentrons nous sur ce que l’on peut faire de bien.

Ce ne sont pas les autres qui doivent prendre leurs responsabilités et faire des efforts.

Les autres, c’est nous.

J’me suis mise au boulot pour ma  planète, il y a quelques années. J’ai encore vachement  de progrès à faire. J’apprends tous les jours et tous les jours j’essaie d’en faire un peu plus. (Avec Bruno, on a décidé de partir en vacances en vélo cet été. C’est vachement injuste pour moi, parce que Bruno, il assure grave en vélo. Mais je fais des efforts! Si vous voulez nous suivre, y a d’la place pour tout le monde!).

 

Je ne perds pas espoir. Parce qu’aujourd’hui, même la plus petite goutte d’eau est importante.
Je crois en vous tous, je crois en moi, mais faut tous s’y mettre. On n’a pas le choix.
Allez, merde quoi, réveillez vous.
Au boulot et vous verrez, on sera vachement fiers de nous dans quelques années.

Il faut juste changer nos mauvaises habitudes en bonnes. Une fois que cela sera fait, on ne s’en rendra même plus compte. On ne nous demande pas de redevenir des hommes de Cromagnon, mais juste des consommateurs modernes responsables. On est allé dans l’excès. Il nous faut juste revenir sur le chemin de la raison, rien de plus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>