Petite Lily

Quoi qu’il puisse arriver en 2018 (parce qu’on n’est pas encore au bout, et que tout peut arriver encore, et que je ne voudrai pas nous porter la poisse. Alors si je me réjouis un peu c’est juste histoire de me réjouir un peu mais qu’on ne prenne pas ça pour de l’inconscience où je ne sais quoi et que là haut on ne se sente pas obligé de me punir à grand coup de grêlons, juste parce que je me suis réjouis un peu trop tôt!………… fin  de l’apparté ) , ça restera un millésime qui aura marqué mon esprit.

raisin

Camille et Thomas nous avait promis un beau bébé pour le 14 Juillet (même si elle devait arriver autour du 23, ils se disaient que le 14 c’était une jolie date qu’on devrait se rappeler sur nos vieux jours quand on perdrait un peu la tête).

-Dis Pépé, pourquoi qu’ils tirent des feux d’artifice?

-C’est l’anniversaire de Lily enfin, vieille bourrique! (bourrique est un surnom affectueux quand on a passé le cap du coup de foudre, de l’amour passion, de l’amour tendresse, on finit par l’amour équestre! J’ai lu ça quelque part chez ma coiffeuse)

(fin de l’apparté)

Le 13 au matin, Thomas me téléphone pour m’annoncer que Camille a perdu les eaux.
Même si j’ai d’abord crû à une blague… j’ai vite compris qu’on ne rigolait plus.
Et Thomas nous tenait au courant, jour comme nuit, par des messages très bien écrits, plein de tendresse, et d’humour (même si, à la fin, j’ai bien senti que l’humour n’était plus trop là et que, c’était long, douloureux et qu’il fallait que ça finisse)

s‍ms de Thomas du 13/07/2017 à 18h50:

La gazette de la mater’‍

Un 2ème monitoring pour Camille ! Après plusieurs tours de maternité au pas de course et quelques abdos devant la pouponnière pour rester en forme, voici l’heure tant attendue : le deuxième monitoring de la journée ! Annoncé pour une durée de 30 minutes, celui ci joua les prolongations, avec 2 fois 15 minutes supplémentaires pour départager les contractions! Le résultat final est sans appel : le bébé va très bien, les contractions sont régulières, plutôt douloureuses mais avec un potentiel important qu’il s’agira d’exploiter lors des prochaines échéances ! Pour les joueurs, c’est l’heure du décrassage, avec de nouveau quelques tours de pistes de prévus pour que le travail mené porte enfin ses fruits et les guide vers la salle d’accouchement ! No pain, no gain. La suite au prochain numéro…

On dit et lit beaucoup de choses sur les accouchements, des témoignages de femmes qui ont souffert le martyrs, qui ne se sentaient pas mère, etc etc.

J’avoue avoir vécu ces moments là comme les plus beaux moments de ma vie. Sans péridurale parce que la piqûre me faisait plus peur que les éventuelles douleurs que je pourrais avoir. Je savais que je pourrais gérer les douleurs, si c’était les miennes. Je savais que je ne les gérerai pas si on me les imposait.

-T’es vachement courageuse…

-j’suis pas courageuse, j’avais une peur bleue de la piqûre, j’te dis, c’est pas du courage ça!

(fin de l’apparté)

J’ai été très touchée quand Camille m’a dit que j’étais la seule qui lui parlait de l’accouchement comme un beau moment.
Elle a envisagé son accouchement dans la sérénité, sans médicalisation, accompagnée par une sage femme formidable et un papa au top!

La petite Lily est arrivée le 14 Juillet à 16H30. Toute joufflue. Avec une petite tache bleue au dessus des fesses, signe d’une descendance méditerranéenne, comme mon frère, mes neveux et nièces, mes cousins (moi je ne fais apparemment que transmettre le gêne!) et vraisemblablement aussi des descendances de Camille, sa maman. J’aime à penser que l’Italie de mon grand père coule dans ses veines et qu’il serait fier et ému de le savoir.
Promis Papi, on lui apprendra ta chanson, notre chanson « la Polenta »en italien revisité, avec les gestes et tout ce que tu nous a transmis.

lily

Je savais qu’elle serait jolie.
Quand je l’ai vu pour la première fois, elle m’était familière. Dans la lignée de mes enfants.  Ses yeux, ses joues, ses cheveux tout ébouriffés, ses grands doigts, ses grands pieds tout petits.
Elle était encore plus jolie que je ne l’imaginais.
J’ai pleuré. Parce que je pleure dès que ça me submerge. De joie, de peine, de colère, d’émerveillement.
Là, j’ai pleuré de bonheur.

camille

On a l’impression que d’être mamie, ça va nous filer un coup  de vieux.
On nous imagine avec un chignon gris, les lunettes sur le bout du nez, « moi d’mon temps ».
Moi ça m’a filé un coup de vieux jeune!
On me dit: « Oh vous allez faire une jolie mamie »!
Mais les mamies sont toutes jolies! Elles ne sont pas nées mamies. Elles sont d’abord Femme!
Et on vieillit sans ça. Sinon ce ne serait pas drôle. Et puis vachement injuste.
Hé les copines, vous s’rez vieilles! Mamie ou pas! C’est moi qui vous le dit, parole de mamie!

On ne se rend pas forcément compte qu’on a vieillit. Parce qu’on est comme on était. Un peu moins et des fois un peu plus.
Quand j’étais petite, je regardais « les vieilles dames de 40/50 ans » qui se mettaient du rouge à lèvres. Je trouvais ça beau. ça m’émerveillait! Je les trouvais tellement belles avec le rouge sur leurs lèvres.
Aujourd’hui, j’ai ce privilège là. Me mettre du rouge à lèvres, peut être pour, moi aussi, faire rêver les petites filles!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>