Plus belle la vie

Le vigneron, on l’imagine toujours dans ses vignes, au grand air, les cheveux au vent, libre, heureux et insouciant. Avec sa pelle sur son épaule, pour remonter la terre (si, si, y en qui remontent la terre).
Et la femme du vigneron, on l’imagine avec son mari, dans les vignes, au grand air, les cheveux au vent, libre, heureuse et insouciante. Elle lui apporterait son casse croûte, dans un petit panier avec une serviette à carreaux rouges et blancs. Une Belle des champs quoi!
Alors lui, il lui remettrait sa mèche rebelle que le vent a sortit de la barrette à fleur, avec un petit sourire amoureux.
Ouais, il est heureux, elle aussi. Bref, ils sont heureux.

Voilà que la récolte est rentrée, que les vinifications sont moins prenantes… et qu’il faut faire sa DR (déclaration de récolte), sa DREV (j’ai pas trouvé ce que c’était! Déclaration de Récolte En Vrai peut être?), ses transactions, ses revendications partielles, totales et même une édition consolidée ( pourquoi consolidée? je ne sais pas mais ça doit être plus prudent, j’imagine).
Et tout ça, en ligne. Sur internet quoi! Avec tes identifiants, tes mots de passe que t’as pas intérêt de perdre sous peine de… bien te faire flic à les retrouver.

Et là, tout à coup, on les sent moins libres le vigneron et sa belle des champs!
La vigneronne , elle a fait un peu d’étude (le vigneron aussi mais il préfère déléguer dans ces cas là!), elle sait lire et écrire, même un peu compter, sauf que là, elle ne comprend plus rien à ce qu’on veut lui faire faire!
Elle a même l’impression d’être carrément idiote tellement elle n’y comprend rien. Elle clique mais ça veut pas cliquer là où ça devrait le faire. Elle enregistre mais ça continue à ne pas enregistrer. Elle recommence encore et encore

Et elle n’ose pas trop demander aux collègues qui, eux, savent tout faire, comprennent tout bien comme il faut, de peur de passer pour une débile.

« Quoi, t’as pas compris, mais c’est super facile pourtant, moi j’y suis arrivé du premier coup! »

Du coup, elle galère en silence (façon de parler…!)
La tension monte. Faut plus rentrer dans le bureau sous peine de se prendre un classeur dans la figure!
Y a pas intérêt que le vigneron vienne lui remettre sa mèche rebelle sortie de la barrette: « Quoi? dis tout de suite que je suis moche et mal coiffée?! »

Il lui mettrait presque un coup de pelle pour achever ses souffrances!

Bref, voilà, c’est aussi ça la vraie vie d’un vigneron et de sa vigneronne!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>